Blog navigation

Derniers articles

LE BEAUJOLAIS N’EST PAS QUE NOUVEAU ET IL EST DÉJÀ ARRIVÉ !

Essentiellement issu d’une base gamay, les vins du Beaujolais sont connus pour leur intensité gustative et leur force de partage et de convivialité. Le beaujolais nouveau quant à lui sort tous les ans avec une médiatisation tonitruante les 3èmes Jeudi de Novembre. On fête le retour de ce vin primeur entre amis, et l’on se met en quête parfois en vain d’un éclat de fruit rouge entre deux gorgées un peu fades au goût de banane", des ambiances tant redoutées par les amateurs en recherche d'authenticité.

10 crus en Beaujolais, bientôt 11 ?

A l’heure où cette appellation est en pleine mutation, le Beaujolais est un vaste vignoble s’étendant sur plus de 13 000 hectares de vignes réparties sur 10 appellations parmi lesquelles FLEURIE, MORGON, BROUILLY et COTE DE BROUILLY ou encore MOULIN A VENT, REIGNÉ, CHIROUBLES, JULIENAS et CHENAS et SAINT AMOUR.

Toute la quintessence d’un terroir et l’abnégation d’un vigneron unique

L’authenticité et la singularité, GOUTEZ-VOIR l’a trouvé après plusieurs mois de quête : Bourré de talent et sans nuls doutes visionnaire, Frédéric BERNE incarne à LANTIGNIÉ cette nouvelle génération de vignerons soucieux de la préservation d’un patrimoine et d’un territoire aussi précieux que celui du Beaujolais. Son savoir-faire et son abnégation respecte une logique d’agroécologie exemplaire, qui fait incontestablement référence sur le vignoble jusqu’à pousser très fort pour que LANTIGNIÉ devienne le 11ème cru du BEAUJOLAIS. Sans aucun doute, il y arrivera.

Après des décennies de traitement initiées par une ancienne génération, Fréderic BERNE a patiemment converti ses vignes en bio et récolte aujourd’hui le fruit d’un travail remarquable totalement à l’écoute de son terroir : Après une dizaine d’années d’efforts, comme une récompense saluée par des vignes pleines de vie et pleines de vies (il faut le voir pour le croire), ce travail exemplaire s’exprime dans des vins d’une précision remarquable aux saveurs puissantes et élégantes et surtout sans levurages.

Ainsi, lorsque l’on découvre pour la première fois son Chiroubles élevé 12 mois en fût de chêne bourguignon, issu d'une parcelle exposée est-sud au sol sableux et granitique, la place est faite à la gourmandise composée d’accents de petits fruits rouges et d'épices qu’accompagnent des tannins d’une finesse rare signe d’un élevage soigné indice d’une très grande buvabilité.

Mais c’est sans compter sur son magnifique Beaujolais LANTIGNIÉ « Les vergers » issus de sols de roche d’origine volcanique, la « pierre bleue » aux reflets bleutés provoqués par l’altération de la pierre. Le résultat est friand, gourmand, que dire gouleyant avec une fraicheur presque florale et toujours cette buvabilité qui fait aussi office de signature de référence. Un must have en cave à ne pas manquer !

L’histoire et l’avenir du Beaujolais en 3 actes

Saviez-vous que les Romains cultivaient déjà la vigne en Beaujolais ? Et ce serait même Jules César qui aurait donné son nom au cru Juliénas lorsqu’il était en pleine conquête de la Gaulle, mais c’est surtout au Moyen Âge que le vignoble commence à bâtir sa réputation. 

A l’origine du concept primeur du Beaujolais nouveau Louis Bêchard alors viticulteur engagé et député, Léon Foillard, négociant en vin et père fondateur des Compagnons du Beaujolais mais aussi Gérard Canard, ancien directeur de l’Union Interprofessionnelle des vins du Beaujolais, qui ont étroitement participé à la naissance du Beaujolais Nouveau.

Enfin, souvent surnommé le “roi” du Beaujolais de négoce, Georges Duboeuf contribua grandement à la renommée du Beaujolais Nouveau en organisant des événements internationaux. Le vignoble est aujourd’hui en pleine mutation avec des talents qui s’évertuent à mettre en valeur la singularité d’un terroir injustement banalisé.

Article rédigé par les experts - © GOUTEZ-VOIR.COM - Tous droits réservés